Archives pour novembre 2006

Vous parcourez en ce moment les archives du weblog kobaye.net pour le mois de novembre 2006.

Les classes moyennes à la dérive – Louis Chauvel

Samedi 25 novembre 2006

Les classes moyennes à la dérive - Louis ChauvelDans Les classes moyennes à la dérive, Louis Chauvel analyse la situation des classes moyennes en France, sous l’angle économique, social et historique. Un éclairage douloureux mais nécessaire.

La première partie du livre est consacrée à une question évidente: que recouvre le terme classe moyenne? En effet, selon les pays, les époques, les indicateurs considérés et surtout la perspective dans laquelle on se trouve, on peut regrouper de 15% à 80% de la population sous l’appellation « classe(s) moyenne(s) ». On se rend par ailleurs très vite compte qu’il est impossible de définir précisément le périmètre des classes moyennes. Par exemple, la différence de coût de la vie entre Paris et la Province rend les comparaisons sur les revenus sans grand intérêt. De plus, est-il satisfaisant que la plupart des indicateurs utilisés ne s’intéressent qu’aux revenus? Depuis des années, l’augmentation du prix de l’immobilier d’une part et le tassement de la croissance ET de l’inflation d’autre part confèrent un poids croissant au patrimoine dans la situation économique d’un ménage.

Ainsi, Louis Chauvel se propose de définir quatre grandes catégories de classes moyennes, réparties selon 2 axes permettant une distinction historique (anciennes et nouvelles) et selon le type de capital dominant (culturel et économique). Une image valant parfois mieux qu’une longue explication, je me permets de reproduire le graphique ci-dessous (page 40):

L'espace social schmollerien des classes moyennes - Louis Chauvel

Globalement, l’auteur explique surtout que les classes moyennes n’existent que dans le devenir, dans la promesse d’une amélioration de la situation de l’ensemble de ses membres; ce qui suppose une croissance économique et sociale soutenue. Dès lors que le mouvement de croissance cesse ou ralentit, l’ensemble se désagrège.

Cela n’aura échappé à personne, depuis quelques dizaines d’années, ce mouvement de croissance est en panne; ou tout de moins bien inférieur aux taux records auxquels la société s’était habituée durant les Trente Glorieuses (même si cette période est une exception historique et non la règle). Il n’en demeure pas moins que le développement des classes moyennes s’est fait durant cette période, porteuse de progrès économique, sociale et culturelle. La génération des baby-boomers a connu une amélioration de ses conditions de vie sans précédent, permettant à chacun de prendre l’ascenseur social et de monter d’un ou plusieurs niveaux dans la société.

Le paradoxe français est que la société française évolue par glissement: la génération des baby-boomers continue d’être la plus favorisée, au détriment des jeunes générations; il n’y a pas eu passage de relais, au contraire. Même si les écarts inter-déciles ont été spectaculairement stables en France, une analyse par tranches d’âge révèle une surprise de taille: il y a 20 ou 30 ans, la pauvreté touchait essentiellement des personnes âgées, souvent laissées de côté par l’industrialisation et l’exode rural; de façon cynique, on pouvait se dire que le problème se résoudrait (et s’est résolu) de façon naturelle. Or, ces dernières années, la pauvreté a sauté une génération: les pauvres d’aujourd’hui sont des jeunes, plein d’avenir dans la pauvreté!

Les jeunes actuels ont en effet été sacrifiés par l’état et l’ensemble de la génération 68, au contraire de la génération précédente qui, après avoir traversé la deuxième guerre mondiale, avait mis en place les conditions dont a profité la génération 68. Il ne fait pas bon avoir moins de 30 ans aujourd’hui, et les mouvements sociaux des derniers mois le soulignent avec force sur des fronts très différents: chercheurs, lycéens, banlieues… Face à la situation actuelle de ralentissement économique, de déclassement social et d’inflation scolaire, l’ascenseur social et la méritocratie sont en panne, ne laissant une chance qu’aux meilleurs… et à ceux qui peuvent bénéficier d’un soutien familial.

Dans une telle situation de ralentissement, la réaction logique serait d’adapter ses besoins et ses aspirations au nouveau contexte; mais qui en aurait envie? C’est contraire aux réflexes acquis et à la pression sociale: quand bien même la situation économique n’est pas glorieuse, on a toujours l’habitude de consommer autant voire plus que les années précédentes, et la publicité et les marques poussent à toujours plus de consommation (note personnelle: notez l’écart de prix entre un Walkman (Sony) dans les années 1980 et un iPod (Apple) aujourd’hui; même à parité de pouvoir d’achat, l’écart est saisissant).

En conséquence, on peut se demander quand est-ce que le point de rupture sera atteint. Selon l’auteur, la déstabilisation politique viendra des générations dorées, et non des jeunes actuels, ces derniers étant pour la plupart dans un état de détachement politique total (incompréhension réciproque des uns et des autres) et de recherche de solution individualiste (stratégie égoïste pour ceux qui le peuvent, résignation silencieuse pour les autres). Au contraire, la génération 68, bien plus politisée, constate de plus en plus amèrement que sa progéniture est en situation d’échec, et risque donc de déstabiliser durablement les représentations politiques.

Les politiques et les élites n’ont pas jugé bon de s’adapter, et ne comprennent toujours pas le désintérêt massif pour la politique. Il est pourtant clair que ce décrochage du sentiment politique est lié à la prise de conscience du problème par l’ensemble de la population, de façon claire ou implicitement ressentie: la situation économique ne s’améliorera pas pour tout le monde, seuls les meilleurs peuvent espérer s’en sortir, et on voit réapparaître une aristocratie patrimoniale, en parallèle de l’affaiblissement économique des différentes strates du salariat.

Face à une situation aussi difficile et à la rigidité du discours politique, l’attrait du populisme devient supérieur à celui des (anciennes?) promesses des élites des « classes moyennes ». En effet, difficile de se satisfaire de la solution: « Up or Out« …

Arrivé aux dernières pages du livre, on réalise que Louis Chauvel ne raconte pas une belle histoire, mais fait tout pour montrer la réalité actuelle, sans arrondir les angles, pour susciter la prise de conscience. La conclusion est sans appel: soit politiques et décideurs se réveillent et amorcent un lourd processus d’adaptation de la société française aux nouvelles conditions économiques mondiales, soit ils préfèrent ne pas soulever de questions embarrassantes en pleine année électorale… Malheureusement, à force de laisser passer le temps, il est parfois trop tard…

Les classes moyennes à la dérive, par Louis Chauvel: un électrochoc salutaire publié à La République des Idées, chez Seuil.

Pour acheter ce livre sur amazon.fr, cliquez ici: Les classes moyennes à la dérive.

Pour aller plus loin: