génération(s) internet – Autrans 2007

Autrans 2007 - Les générations internetLors de la conférence « Comment les entreprises s’organisent pour tirer parti du mode de vie et de travail des générations Internet? » aux rencontres d’Autrans, la discussion s’est faite autour des échanges entre les différentes générations, et bien sûr, comment les « jeunes » s’intègrent en entreprise.

Les jeunes à la rescousse des vieux?

Ce qui est curieux, c’est qu’il y a une volonté plus ou moins consciente de regrouper les personnes dans des catégories pour les opposer: nouveaux contre anciens, technophiles contre technophobes, ou, dans le cas présent, jeunes contre vieux. On voit pourtant facilement qu’il est réducteur de mettre en opposition des groupes d’âge différents, surtout sur les technologies du web. En effet, bien que les jeunes soient majoritairement utilisateurs du net, ils ne sont pas pour autant experts des usages du net en entreprise. Ils sont plus rapides dans l’adoption de nouveaux usages, mais doivent également s’intégrer aux organisations existantes.

Ainsi, intéressons nous aux conséquences qu’a le net sur les activités des entreprises et des acteurs économiques.

Quel impact réel sur les entreprises?

Le net développe de nouveaux usages et de nouveaux comportements. C’est indéniable: dématérialisation de nombreux services, interactions interpersonnelles accélérées (IM, e-mail, espaces de travail collaboratifs), et changement profond du rapport à l’information.

Pour autant, selon les entreprises, le secteur d’activité, et bien sûr les personnes qui les animent, le rapport au net et l’intégration (nécessaire?) de ces technologies n’a pas les mêmes impacts. De façon générale, il s’agit de voir qu’il y a rarement créations de nouveaux métiers, mais principalement intégration de nouvelles compétences et de nouvelles possibilités aux métiers et emplois déjà existants. En effet, les nouveaux métiers se développent dans des périmètres et des périodes très réduits, le temps que les transitions se fassent, et que les différentes personnes aient assimilé les nouvelles compétences.

Réussir l’accompagnement au changement

Le principal défi à relever est donc celui de l’accompagnement au changement. Faire en sorte que les différents acteurs de l’entreprise intègrent la nouvelle technologie du moment à leurs activités et adaptent leurs méthodes de travail en conséquence. Il s’agit aujourd’hui d’intégrer les apports du net, de la même façon que la téléphonie ou le fax ont du être assimilés dans les décennies précédentes (le fax a d’ailleurs été une des innovations les plus disruptives, car pour la première fois, on pouvait quasi-instantanément communiquer de l’écrit à distance).

Et la meilleure façon de réussir un tel changement est de faire communiquer tous les types de personnes au sein de l’entreprise: les jeunes et les vieux, les nouveaux et les anciens, etc. L’informatique et le net ne sont donc qu’une nouvelle composante à intégrer, et c’est un projet de formation et d’accompagnement qui débouche sur le succès. Pour cela, la dynamique doit être embrassée par tous les acteurs de l’entreprise: jeunes, vieux, dirigeants, techniciens, etc.

Formation et échange

Les jeunes ne sont donc ni sauveurs messianiques ni éléments perturbateurs en puissance, mais simplement des humains en action. Leurs apports doivent être intégrés par les entreprises, de la même façon qu’ils doivent intégrer ce que l’entreprise et les autres personnes leur apportent. L’échange, ainsi que la formation, sont donc les piliers de l’intégration des innovations, pour que les entreprises puissent évoluer de façon progressive, en limitant les ruptures.

Ainsi, sans sombrer dans l’adoration technophile béate, à chaque personne d’intégrer ces nouveaux usages au quotidien, en s’adaptant à la structure dans laquelle on évolue. Par symétrie, il faut que les entreprises acceptent de jouer le jeu, car encore beaucoup d’entreprises bloquent la plupart des services web à leurs employés. Pourtant, si ceux-ci ont un poste informatique comme outil de travail principal, restreindre l’usage des services web ne mène à rien, si ce n’est frustrer les collaborateurs et pénaliser les effets bénéfiques du travail en réseau, que ce soit via IM, e-mail, espaces de travail collaboratifs, etc. Il faut savoir jouer avec plutôt que de lutter contre. Avec les apports de tous.

Ressources:

Laisser un commentaire