ère numérique: migrant ou natif?

Invité aux rencontres de l’Internet à Autrans cette année, on me demande de participer à une table ronde: entreprises et générations internet. L’idée est d’explorer les zones d’échanges et de confrontations qui existent entre le monde du travail, les TIC, et les générations internet, thème de l’édition 2007 des rencontres.

Mais que recouvre le terme générations internet? Est-on en train de parler de l’opposition entre digital native et digital migrant, pour reprendre les termes anglais? Oui, mais pas seulement: le concept de natif de l’ère numérique fait surtout référence aux technologies électroniques et numériques, et donc aux réseaux et à l’internet par extension, mais pas de façon spécifique. Ainsi, en étant né en 1979, je suis à la limite un digital native, et j’ai effectivement découvert l’informatique très tôt. Néanmoins, je n’ai découvert l’internet que vers mes 18 ans, et n’ai donc pas acquis les comportements afférents à des activités en ligne (sociales, culturelles, éducatives, etc.) durant mon adolescence.

D’ailleurs, quand j’étais adolescent, les activités étaient proches de celles des générations précédentes, fortement ancrées dans le monde physique, et intimement liées aux cercles de proximité classiques: école, voisins, famille. Aujourd’hui, les amitiés et échanges adolescents se font sur Messenger, MySpace, ou Dailymotion, via téléphone mobile, baladeurs MP3, e-mail, et entre adolescents plus ou moins éloignés. En une dizaine d’années, les changements culturels ont été très importants, le premier d’entre eux étant que les adolescents des années 2000 ont un rapport à la technologie extrêmement positif, alors que dans les décennies précédentes, parler d’informatique était le meilleur moyen de se voir reléguer au fond des cours de récréation.

Ainsi, avant de voir les impacts de ces premiers natifs du web dans les entreprises, il faut encore attendre 5/6 ans. D’ici là, les adolescents qui regardaient la première Star Academy en 2001 auront dépassé la vingtaine et attaqueront le marché du travail. Ces adolescents français qui ont profité de l’explosion du haut débit, des forfaits mobiles accessibles, et du MP3. Et d’ici 5 ans, les entreprises auront encore évolué et continué à intégrer les TIC. Pour celles qui le peuvent.

Je suis donc impatient et curieux de voir comment va se passer l’intégration de ces générations internet au monde de l’entreprise, qui commencera d’ici ~5 ans. En attendant, je vous conseille de lire cet interview de danah boyd et Henri Jenkins: « Discussion: MySpace and Deleting Online Predators Act (DOPA)« , dont les passages les plus intéressants ont été retranscrits en Français par Stephanie Booth.

Pour ma part, je ne sais pas si je suis dans le wagon de queue des migrants ou dans le wagon de tête des natifs de l’ère numérique. Un pied dans les deux, certainement. Les discussions à Autrans promettent d’être intéressantes. :)

Les commentaires sont fermés.